Togo : Tikpi Atchadam, l’homme qui rêvait de faire tomber le président Gnassingbé

Tikpi Salifou Atchadam, leader du Parti national panafricain (PNP), n’a pas de mandat politique mais il fait trembler les responsables togolais depuis plusieurs semaines. Portrait d’un opposant redouté.

La simple évocation de son nom suffit à rassembler les foules. Encore inconnu sur la scène internationale il y a quelques semaines, Tikpi Atchadam est devenu la figure de proue de la fronde togolaise  depuis la violente manifestation du 19 août 2017, au cours de laquelle il a appelé la population à défier le régime. À 50 ans, ce juriste et anthropologue de formation a bouleversé l’échiquier politique togolais, paralysé par une opposition divisée, enlisée dans un dialogue stérile avec le pouvoir.

 

C’est aussi lui qui a appelé les Togolais à rester chez eux vendredi 25 août dernier pour protester contre le régime du président Faure Gnassingbé, six jours après que des manifestations ont violemment été réprimées. Depuis, il ne désarme pas. Le parti qu’il a fondé, le Parti national panafricain (PNP) et d’autres forces d’opposition du pays, appellent désormais à observer une journée « Togo mort », le 29 septembre, en mémoire des personnes tuées lors des manifestations des 20 et 21 septembre 2017.

Un objectif : faire tomber Gnassingbé

L’opposant togolais n’est pas non plus arrivé là par hasard. « Quand on a été, comme lui, un leader estudiantin à l’université de Lomé, on a tous les atouts pour percer en politique », confie l’un de ses proches dans les colonnes de Jeune Afrique. Avant de créer le PNP en 2014, le jeune homme est séduit par les discours de l’opposant Tavio Amorin. Mais l’assassinat de son modèle politique en 1992 ne lui laisse pas le temps de se rallier à sa cause. Après un court passage au Parti démocratique pour le renouveau (PDR) qui s’allie à la majorité présidentielle, Tikpi Atchadam quitte un temps la politique pour découvrir l’Europe. De retour au Togo, il revient avec une obsession chevillée au corps : mettre fin à la dynastie Gnassingbé qui règne sans partage sur le pays depuis 1967.

(Visited 83 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *