RDC: Kabila appelle à un «examen de conscience» sur les violences au Kasaï

En RDC, lors de l’ouverture du Forum sur la paix et la réconciliation, mardi 19 septembre à Kananga, le président Kabila a félicité les forces armées critiquées pour leur travail dans les cinq provinces du Grand Kasaï et blâmé les Kamuina Nsapu pour les violences qui s’y sont déroulées. Mais il a aussi appelé les populations à un examen de conscience.

Joseph Kabila a invité les Kasaïens au pardon et à la réconciliation lors de ce forum organisé à Kananga. Ce qui, selon le président de la République, devrait permettre une reprise rapide des projets de développement dans tous les domaines.

Mais la démarche ne pourra pas se faire sans une justice réparatrice. Les auteurs directs et indirects du drame kasaïen devront répondre un jour de leurs actes, a dit le chef de l’Etat congolais.

Le conflit dans cette zone du centre de la RDC a fait 3 000 morts en un an, dont deux experts de l’ONU tués en mars. La conférence pour la paix, la réconciliation et le développement ne peut donc pas servir de blanchisserie pour tous les auteurs des crimes graves. Des crimes qui, Joseph Kabila l’a reconnu, ont couvert de honte tout un pays. Il a donc regretté que la voie de la raison, celle du dialogue, n’ait prévalu qu’a posteriori.

Le travail des forces de sécurité salué

Le président de la République a aussi dénoncé les indélicatesses commises dans la gestion du secteur coutumier, une mauvaise gouvernance qui a conduit à la situation déplorée. Pour lui, la paix est revenue parce que les forces de l’ordre et de sécurité ont fait du bon travail.

(Visited 40 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *