La cryptomonnaie va-t-elle remplacer le franc cfa en Afrique ?

En Afrique plus de la moitié de la population est exclue du système de bancarisation classique. Alors il se pourrait que le développement de la cryptomonnaie pourrait changer la donne. Dans un contexte de faible bancarisation et de pénétration accrue de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne, le nombre d’utilisateurs de services bancaires mobiles gagne en importance. Cette tendance ouvre la voie aux cryptomonnaies, notamment de les plus populaires d’entre elles : le bitcoin et le Leo coin.

Certains observateurs suggèrent qu’il remplace la devise nationale, comme le naira au Nigeria. Un tel scénario est-il souhaitable pour la zone CFA dont la monnaie est sous le feu des critiques ?

D’un point de vue technique? le Bitcoin est un logiciel, un ensemble de codes informatiques écrits. Il n’y a pas d’autorité qui contrôle la devise, censure, limite l’utilisation ou fait évoluer les clauses d’utilisation en fonction de ses intérêts (comme le font les banques). Les règles sont définies dans le code informatique de base et sont exécutées automatiquement sans intervention humaine.

Dans certaines mesures en effet, le bitcoin peut paraître  comme un moyen possible de contournement du franc CFA. Cette monnaie (Bitcoin) est encore très volatile, mais c’est une opportunité à laquelle les industriels africains des zones dites CFA s’interessent de plus en plus. D’ailleurs il y a possibilité de développer un business en proposant des services de création et de gestion de portefeuilles de bitcoin dans les pays africains de la zone CFA. Le besoin d’un tel service est évident.

Les futurs entrepreneurs africains doivent impérativement trouver un moyen de contournement du franc CFA, s’ils veulent espérer réussir.

(Visited 98 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *