João Lourenço

Armée et MPLA

Il participe à la guerre d’indépendance contre les forces coloniales portugaises, qui se termine en 19751. Il suit ensuite des études d’histoire en Union soviétique entre 1978 et 19822 à l’Académie supérieure Lénine3. Il occupe ensuite plusieurs postes au sein du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA, un parti initialement d’inspiration marxiste-léniniste)1. Son parcours militaire le conduit aux fonctions de commissaire provincial puis de chef de la direction politique nationale des FAPLA (Forças Armadas Populares de Libertação de Angola – Forces armées populaires de la libération de l’Angola)3.

Il est secrétaire général du MPLA de 1998 à 20033. Lorsque le président José Eduardo dos Santos indique, à la fin de la guerre civile angolaise en 2002, envisager de quitter le pouvoir, il se dit prêt à lui succéder. Mais dos Santos est un stratège, et sa déclaration n’avait peut être pour but que d’identifier les ambitieux. João Lourenço est écarté du secrétariat général du parti au pouvoir. Lourenço n’est pas en effet le choix premier du chef de l’État pour lui succéder. Dos Santos a d’abord privilégié son fils, José Filomeno de Sousa dos Santos, mais les cadres historiques du MPLA se montrent hostiles à cette option dynastique. Dos Santos a, dans un second temps, tenté d’imposer un homme qui lui doit tout, Manuel Vicente, l’ancien président de la compagnie pétrolière Sonangol, qui n’est passé ni par l’armée ni par le parti, et s’est trouvé disqualifié par des affaires de corruption4.

Entre 2003 et 2014, João Lourenço devient premier vice-président de l’Assemblée nationale. En avril 2014, il prend un poste important du gouvernement en étant nommé ministre de la Défense5. En août 2016, il devient aussi vice-président du MPLA2,6.

Président de la République d’Angola

Fin décembre 2016, le MPLA, dirigé par dos Santos, choisit João Lourenço comme candidat à la présidence lors des élections législatives d’août 2017. Il appartient à la vieille garde du MPLA dont il fait partie de l’appareil, et est considéré comme un modéré7. Son choix est consensuel à l’intérieur du parti8. Selon l’ancien Premier ministre Marcolino Moco, « Lourenço fut de l’aile prudente au moment de la chute du mur de Berlin ». Plusieurs fois présent au Portugal lors des fêtes du journal Avante! et aux congrès du Parti communiste portugais, João Lourenço a été membre de la délégation du MPLA au moment de l’adhésion de celui-ci à l’Internationale socialiste. Selon l’écrivain et journaliste d’opposition Rafael Marques, « João Lourenço est l’un des plus grands latifundiaires du pays, […] il est associé de la banque SOL, de la Banque angolaise d’investissements ». Marques le décrit aussi comme un « général dur ».

En février 2017, dos Santos déclare officiellement qu’il n’est pas candidat à la présidence en août 2017 et que João Lourenço est le candidat du MPLA.

Après la victoire du MPLA aux élections générales, il est élu président de la République et prête serment le 26 septembre 2017.

Famille

Lourenço est marié à Ana Dias Lourenço, ministre du Plan entre 1997 et 2012.

(Visited 75 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *