Gabon:Ali Bongo s’entoure des soldats jeunes !

Entre rajeunissement, féminisation et ouverture à la société civile, c’est du moins ce que révèle le caractère explicite de ce nouveau remaniement à la tête des hautes fonctions publique dans toutes les Directions Générales du pays.

Un chantier dont le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo entend avec son équipe du palais de la Présidence de la République Gabonaise, faire peau neuve dans tous les secteurs. Le conseil des ministres de ce 28 septembre 2017 a donc entériné sur lesdites nouvelles têtes qui devront pas ce « servir mais, servir le pays ».

 Les faits : 

Le gouvernement gabonais a procédé à un vaste remaniement à la tête de la haute fonction publique. Plusieurs directeurs généraux d’administration centrale ont été nommés. L’annonce officielle en a été faite en conseil des ministres ce jeudi 28 septembre 2017.

Le détail : 

Karine ARRISANI–DG AGATOUR

Pépécy MAKIVANA Ep. OGUILIGUENDE – DGA 2 du budget et des finances

Solange GUIAKE – DGA1 de la douane

Joël MBIAMANY NTCHORERE – DG SNLS

Sayid ABELOKO – DG OPRAG

Hermann KAMONONO – DG FNAS

Oliver NANG EKOME – ANUTTC

Hermann NDZOUNDOU – DG CDC

Hugues MBADINGA MADIYA – DG de la dette

L’analyse : 

Conformément à l’intention annoncée par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, ce mouvement d’ampleur à la tête de la haute fonction publique gabonaise répond à une volonté de moderniser le secteur public gabonais. Le chef de l’Etat avait en effet annoncé, à plusieurs reprises, vouloir confier davantage de responsabilités aux jeunes (« prime à la jeunesse »), aux femmes (dans le cadre de la décennie de la femme au Gabon) et ouvrir le service de l’Etat à des profils issus de la société civile (un signal déjà envoyé au moment de la nomination, le 25 août dernier, de son nouveau directeur de cabinet, Brice Laccruche Alihanga).

Ces nominations répondent également à une logique d’efficacité. En effet, le Gabon est engagé dans un vaste plan de modernisation de son appareil étatique, via la PRE et le plan de soutien du FMI. Il s’agit donc de placer à la tête des administrations de nouveaux managers, aux profils divers mais tous mus par un même souci : accroître la qualité des services délivrés aux administrés tout en gérant de façon optimale les deniers publics. Ce qui passe notamment par des méthodes de travail renouvelées et un accroissement de la productivité au sein du secteur public.

Ce mouvement est un nouveau signe tangible de la volonté des autorités gabonaises de clore la séquence politique et institutionnelle chargée – marquée par un dialogue politique inclusif et un remaniement gouvernemental – qui a occupé les agendas durant l’année écoulée, et de concentrer l’essentiel de ses efforts désormais aux questions économiques et sociales afin d’améliorer sensiblement les conditions de vie des Gabonais. Présider pour les 99 % de Gabonais est d’ailleurs le crédo du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

(Visited 113 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *