Bénin:La vraie raison du limogeage du Ministre Hervé HEHOMEY

Rien ne peut éternellement rester caché sous le soleil. Par décret en date du 18 septembre 2017, le président Talon a relevé sans aucun motif officiel le Ministre des infrastructures et du transport Hervé HEHOMEY de ses fonctions. D’aucuns pourraient estimer que c’est son ministre et qu’il peut s’en débarrasser sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Malheureusement, nous sommes dans une République, qui plus est dans un État qu’il ne faut pas confondre à la SODECO SA ou à Benin Control SA.

Comme il est normal dans un État en pareilles circonstances, les Béninois ont commencé par spéculer sur les raisons du divorce entre HEHOMEY et TALON.

Face aux rumeurs qui affolent les réseaux sociaux, les communicants du palais avancent l’insubordination comme raison de l’éjection du ministre le plus actif du gouvernement. En effet, il serait reproché au Ministre limogé son activisme politique comme si la Marina n’avait pas observé les différentes campagnes de ce Ministre au profit du PAG. Il aurait préféré un tournoi de football aux instructions du chef de l’État lui enjoignant de témoigner l’assistance du gouvernement aux populations de Gogounou menacées par la rupture d’un vieux pont.

Malheureusement cette explication n’a convaincu que quelques journalistes en quête quotidienne de prébendes.

Il a fallu la sortie médiatique de Jacques AYADJI, Directeur Général des infrastructures pour que l’opinion publique soit clairement fixée sur la raison du limogeage de son Ministre de tutelle.

Le Ministre HEHOMEY, un des proches collaborateurs du président TALON, a fait les frais de son souci de gestion transparente des deniers publics.

De quoi s’agit-il ?

En conseil des Ministres le mercredi 29 mars 2017, à quelques jours de l’examen le 04 avril 2017 du projet de loi portant révision de la constitution du 11 décembre 1990, il a été attribué en BOT (Build Own and Transfert), en violation du code des marchés publics, un gré à gré de 168 milliards à la société OFMAS International de Mathurin de CHACUS, un proche du président de l’Assemblée Nationale afin de construire les routes suivantes :

-la rocade de Porto-Novo en 2*2 voies prenant en compte la rue des manguiers menant à l’Assemblée Nationale,

-Porto-Novo-Obèlè-Frontière du Nigeria et la bretelle Zian-Igolo-Frobtiere du Nigeria,

-Pobè-Adja-Ouèrè-Ouinhi.

Il est important de rappeler que ces axes routiers avaient été confiés en BOT à la société Stefanutti Stocks Roads and Earthworks, une société sud-africaine, qui aurait été défaillante, faute de financement.

Curieusement, alors que la société OFMAS International devrait réaliser à ses frais les travaux et les livrer à l’État avant d’être payée, le Ministre HEHOMEY révèle que cette société a bénéficié d’un préfinancement d’un montant de 20 milliards de l’État béninois en violation des clauses contractuelles. Pour se justifier, le gouvernement invoque que cette pratique avait été expérimentée sous le président Yayi au profit de la société Adeoti.

Questions : comment un gouvernement qui prône la rupture peut-il se justifier par des pratiques illégales par rapport auxquelles il a promis un changement ?

Depuis quand le président YAYI est devenu le code des marchés publics ?

En réalité, loin d’une simple affaire de marché, il s’agit plutôt d’une malversation financière, une surfacturation de commande publique pour écumer les caisses de l’État. En effet, le gouvernement savait que la société OFMAS International ne pouvait pas mobiliser 168 milliards avant de lui octroyer ce marché. Il était convaincu que les travaux seront préfinancés par l’État. Seulement, en recourant au BOT, un mode de réalisation d’infrastructures prévu par la loi sur le partenariat public-privé non encore en vigueur, le gouvernement voulait contenter le président HOUNGBEDJI et se donner une opportunité pour sortir les deniers publics. Il s’agit d’un scandale financier à l’instar de Petrobras qui implique les deux personnalités les plus importantes de notre pays, le Bénin.

Le BOT est la nouvelle trouvaille du gouvernement pour se restaurer dans les marchés publics.

Le Ministre HEHOMEY a bien fait de les dénoncer afin de dégager sa responsabilité devant l’histoire. Il mérite nos félicitations

HOUESSOU Yelognissè Richard

(Visited 574 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *