Bénin: Le FMI donne raison au PLP

Les faits viennent encore une fois de donner raison au Parti pour la Libération du Peuple (PLP), qui se préoccupe de la course folle du gouvernement à l’endettement du pays. Le PLP n’a raté aucune occasion pour attirer l’attention de l’exécutif sur les conséquences de son option. La dernière en date est la conférence de presse organisée ce mercredi 27 septembre 2017 à Azalaï Hôtel pour alerter la communauté internationale.

L’appel du PLP a été entendu. Le Fonds Monétaire International (FMI) vient de lui donner raison en exprimant lui aussi de sérieuses inquiétudes sur la charge croissante du service de la dette intérieure.

Dans son communiqué de presse N°17/374 en date du 27 septembre 2017, le FMI a indiqué avoir eu des entretiens avec les autorités béninoises sur «l’évolution économique et financière en 2016 et en 2017, ainsi que sur les mesures nécessaires pour favoriser une croissance inclusive, préserver la viabilité des finances publiques et de la dette, accroître l’efficience des dépenses publiques, ainsi que promouvoir la stabilité et l’inclusion financières».

L’institution de Bretton Woods estime que «la charge croissante du service de la dette intérieure nécessite une attention particulière» et appelle à une «gestion rigoureuse des dépenses» publiques, afin d’atteindre «un déficit budgétaire inférieur».
Face à la presse nationale et internationale, ce mercredi 27 septembre 2017, le PLP avait invité le gouvernement à «tourner résolument le dos à tout ce qui pourrait l’éloigner d´une bonne gouvernance visible par tous, et salutaire pour le développement de notre pays et sa crédibilité sur la scène internationale et à promouvoir réellement la politique de bonne gouvernance à tous les échelons de l’Etat et de ses démembrements».

Le FMI est allé dans la même direction : «La mission et les autorités conviennent que des défis restent à relever notamment : la priorisation des dépenses publiques favorisant une croissance inclusive et une réduction de la pauvreté; l’accroissement de l’efficience de l’investissement public pour maintenir la croissance attendue à moyen terme, et le renforcement de la gestion de la dette publique pour en préserver la viabilité».
Et ce n’est pas fini. «Nous interpellons encore une fois les institutions de Bretton Woods sur les conséquences de la course folle du Gouvernement béninois à l’endettement à tout prix. Nous les invitons aussi à mener une enquête sur le terrain pour voir si les Béninois mangent aujourd’hui à leur faim. Elles pourront constater les effets néfastes des privatisations opaques, sauvages et inhumaines des entreprises publiques sur les ménages», déclarait Léonce HOUNGBADJI, Président du PLP, à la presse. Cet appel a été également entendu. Le FMI, à la fin de sa mission au Bénin, du 13 au 27 septembre 2017, a «encouragé» le gouvernement à «affecter des ressources aux programmes sociaux prioritaires afin de protéger les couches les plus vulnérables de la population». «Renforcer véritablement le programme de microcrédits aux plus pauvres et les initiatives visant à promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes et faire un effort de solidarité en faveur des populations les plus modestes».

Voilà les deux propositions concrètes faites au gouvernement par le PLP lors de sa sortie médiatique. C’est dire que la voix du PLP porte à l’international.
Il faut rappeler que le 11 septembre dernier, le PLP avait saisi le FMI sur l’exécution de contrats léonins par le gouvernement béninois mettant en danger les finances publiques. La mission du FMI est arrivée à Cotonou le 13 septembre, soit 48 heures après le dépôt de la lettre à Washington D.C.

(Visited 56 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *